DÉpart

Il y a une certaine arrogance, indubitablement, dans la démarche de s’inscrire dans la lignée de Queneau et Pérec en remplaçant les lettres par la quéquette et les mathématiques par l’informatique.

Il y a une certaine fumisterie, évidemment, à mettre en avant une démarche intellectuelle (ou prétendue telle) dans le but avouée de s’envoyer en l’air le moins potentiellement possible.

Pour autant, il y a dans notre tentative de faire naître ici (non, naître est bien présomptueux, il faudrait dire poursuivre, ou promouvoir) une façon (non, une est bien peu audacieux, il faudrait dire dix, mille ou cent mille milliards) de pratiquer le libertinage autrement, sans dénigrer les formes existantes mais en prétendant qu’il est possible de les renouveler, les bousculer, les sortir d’un conformisme parfois un peu désolant, il y a dans cette tentative, disions-nous, une sincérité que toutes les faiblesses de notre démarche ne doivent pas effacer.

Dans Eyes wide shut, Kubrick donnait (de par sa stature) au libertinage moderne une caution intellectuelle. Plus encore, il créait une iconographie. Sur combien de prospectus libertins ont fleuri les « soirées Eyes wide shut », comme s’il suffisait de porter un loup ou un masque vénitien, une toge et à la main une coupe de champagne pour muter une pulsion pornographique en altière démarche intellectuelle.

Sans nous départir d’un certain élitisme, mais qui ne sera pas celui du fric ou de l’apparence, nous nous plaçons dans une approche plus voisine de l’utopie de Shortbus qui mélangeaient tous les amateurs d’une sensualité libérée, j’ai envie de dire « solaire », quels que soient leurs âges, sexes, orientations sexuelles, apparences, milieux sociaux, beautés, etc.

Nos travaux tenteront de rester fidèles à l’esprit ludique de l’OuLiPo 1, nous souhaitons que jamais une contrainte de celles nos ouvroirs ne soit aussi douce à s’imposer.

Petite mention bibliographique : l’OuSePo semble bien une création de notre part. Wikipédia évoque un OuPornPo, lequel ne semble pas avoir produit grand chose. L’OuSePo existe, sa première pierre sera posée le 4 février 2009 dans une chambre parisienne.

L’OuSePo existe. Vous venez de le rencontrer.

  1. auquel nous ne sommes pas (encore ?) affiliés, faut-il le préciser ? []

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login